9 - Condamnation des savants
Pris de colère devant cette conversion massive, Maxence condamne les philosophes à être brûlés vifs.
Un démon murmure aux oreilles de l’empereur. Il a deux ailes de chauve-souris, ailes qui, à partir du XIIIè siècle, viennent compléter son aspect terrifiant et «rappeler sa condition d’ange déchu». Maxence fait le même geste que le diable : la sentence prononcée  par l’empereur est bien celle inspirée par le diable. Il s’adresse à un bourreau qui s’apprête à tirer l’épée.